Rapports de bugs tout simplement avec Weboob

Un des paradoxe du projet Weboob, c'est la création de ticket qui passe surtout par l'interface Web du gestionnaire de tickets Redmine. Bien entendu, il existe un module Redmine, bien pratique pour les développeurs. Mais pour les utilisateurs, configurer le module juste pour ouvrir un rapport de bug était un peu compliqué, alors que cela devrait être une action simple.
Cependant, tout était déjà presque là pour faire un système agréable. Nous avons le module capable de créer des tickets, et une application pour utiliser le module. Afin de pouvoir facilement importer/exporter des bugs, cette application a été améliorée dans la branche de développement pour être capable de lire un ticket à partir d'un pipe reçu. Concrètement, un simple cat ticket.txt | boobtracker post weboob suffit à envoyer un ticket. De la même façon, un bug peut-être transformé en format texte.
Améliorons encore l'idée. On veut fournir un service simple pour les utilisateurs afin d'ouvrir un bug. Un moyen standard de transférer du texte, c'est l'email. On peut donc un peu modifier la configuration de postfix pour y ajouter un truc comme ça dans le fichier master.cf
weboobreport     unix -        n       n       -       -       
pipeflags=FR user=toto
argv=/usr/local/bin/boobtracker post weboob

Et hop, à la réception d'un mail, on envoie un ticket sur le gestionnaire de tickets. C'est ainsi que les utilisateurs de Weboob peuvent désormais ouvrir des bugs très simplement en envoyant un mail à nomdumodule@issues.weboob.org. Cela évite également de publier les adresses mails des mainteneurs des paquets lors d'un crash, et évitera de perdre des rapports de bugs envoyés directement aux mainteneurs (qui peuvent avoir délaissés le projet depuis). Cette fonctionnalité sera mise en avant dans la prochaine version publiée.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://flo.fourcot.fr/index.php?trackback/157

Fil des commentaires de ce billet