Élection en Hesse

Hier, il n'y avait pas que les élections fédérales. En Hesse, on est moins fier que la Bavière, et on autorise donc les élections conjointes pour éviter d'emmerder l'électeur à se déplacer deux fois. L'inconvénient, c'est qu'on entend bien entendu moins parler de vous.

Dans ce land de taille moyenne (6 millions d'habitants), la coalition sortante était à l'image du gouvernement fédéral : noire-jaune, c'est à dire une coalition de conservateurs et de libéraux. La Hesse est traditionnellement une terre libérale, ils ont toujours été élus où presque au parlement régional (une fois absents pour un an). Je ne peux guère vous parler des enjeux politiques locaux : je n'en sais rien. D'autant plus que la campagne était relativement inaudible sous la politique nationale.

Les objectifs étaient cependant pour les Verts et le SPD de former une coalition, et pour les libéraux et conservateurs de reconduire le gouvernement. La soirée électorale a été très confuse pour eux, les résultats finaux n'arrivant que très tard, et les sondages sortis des urnes se trompant. On a pu envisager que seuls trois partis seraient représentés, ils seront finalement cinq.

Commençons par la CDU. Ils ne profitent pas de l'effet Merkel, ou presque. Ils stagnent à 38,3% (+1,1), ce qui est certes déjà pas mal, mais loin d'être extraordinaire vu la soirée. De l'autre côté, le SPD fait par contre un carton. Ils partaient certes de très loin, mais ils remontent à 30,7% (+7). Encore un signe que le SPD, au moins dans les länders, va mieux. Ce sera cependant insuffisant pour les deux pour gouverner avec leurs alliés traditionnels. Les Verts font un petit 11,1% (-2,6), ce qui sera insuffisant pour prétendre à une majorité avec le SPD. Les libéraux eux étaient donnés sortant toute la soirée, jusqu'à 2h du matin en réalité. Ils accrochent un 5,03% des voix, ce qui a peut-être sauvé la nuit de quelques personnes. Pas terrible pour une terre libérale, mais ils restent.

Et Die Linke, avec ses 5,2%, empêche une nouvelle fois les coalitions "classiques" de se mettre en place. Il reste donc soit l'alliance de toutes les gauches, la grande coalition, ou la coalition entre conservateurs et verts. Il serait logique qu'ils suivent le modèle fédéral, mais c'est loin d'être garanti.

En tout cas, si le FDP sauve sa peau, il perd un nouveau gouvernement régional. Après la Bavière, et bien d'autres, il ne reste au pouvoir que dans un seul land : la Saxe. Les élections, c'est l'an prochain... Et autre chose, cela permet de rappeler que quoi qu'il arrive, Merkel est de fait déjà sous une forme de cohabitation. Le Bundesrat est de toute façon plutôt à gauche, et une majorité passe au minimum par le SPD, et plus probablement également par les verts.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://flo.fourcot.fr/index.php?trackback/154

Fil des commentaires de ce billet