Sans frontière › Y'a des jours

Exercice totalement narcissique.

Fil des billets - Fil des commentaires

jeudi 3 octobre 2013

Virtualbox, pas que des Virtualbugs

Virtualbox, c'est super. Une interface sympa pour créer plein de machines virtuelles, rapide pour créer un petit réseau de test.

Mais parfois, on tombe sur des trucs comme ça. Et on perd une demi-journée à se demander pourquoi TCP marchote, mais n'arrête pas d'envoyer des retransmissions. Pourquoi ça ne le fait que sur certains ordinateurs. Pourquoi ça ne le fait pas quand on a son propre module noyau qui tourne pour modifier les paquets. Ensuite par hasard on se rend compte que quand ça ne marche pas, les paquets subissent une modification de checksum sur un routeur virtualbox (mais, mais, pourquoi ?). Et ceci uniquement sur des paquets TCP en IPv6 transmettant des données (le SYN/ACK marce, UDP marche, IPv4 marche, etc).

Ensuite on se rend compte que l'autre routeur Virtualbox (celui qui marche et ne fait pas ça), il est en version 4.2. Celui qui ne marche pas utilise la version Debian 4.0.

Et après, on met à jour, et on lit le Changelog. Et on comprend tout à la ligne « Virtio-net: properly announce that the guest has to handle partial TCP checksums ». Enfin, presque.

Ce qui permet de rappeler qu'aujourd'hui, c'est le jour de l'Unité Allemande. La fête nationale, un jour férié.

jeudi 6 décembre 2012

Les feux tricolores

La vie de cycliste à Rennes offre bien des surprises, et ceci même si ça fait des années que je pratique assidûment. Aujourd'hui cependant était vraiment particulier : je me suis fait arrêter et prendre de haut par un bonhomme d'une soixantaine d'année, car « t'as pas honte de prendre le feu au rouge ! ». Le tutoiement dans le texte, comme si j'étais un méchant galopin.

L'un des problème, c'est que j'ai pris le feu au vert. La feinte c'est que je n'avais pas été tout droit, mais que j'avais tourné à gauche, en toute légalité. Comme toujours dans ce genre de cas, impossible de faire entendre raison, il est parti en bougonnant sans jamais reconnaître son tort (qui prend un feu rouge est un menteur, probablement).

Je me demande s'il ne s'arrête jamais dans les sas vélos aux feux rouges, respecte toujours les bandes cyclables, et vérifie ses angles morts en tournant à droite. Vraiment, j'aimerai le savoir.

samedi 22 septembre 2012

Des librairies

Au hasard du net, je suis tombé sur cet article décrivant les conditions commerciales d'Amazon. Vu leurs pratiques concernant le Kindle (pour en rester aux domaines que je connais...), je dois avouer que ça ne m'étonne pas.

Par contre la fin de l'article me laisse un peu bouche bé. Je cite la citation :

« Maintenant, les lecteurs veulent tout, tout de suite. Je suis sidéré lorsqu’un habitué de librairie sort du magasin sans prendre la peine de commander le livre qu’il n’a pas trouvé en rayons... sous prétexte que la livraison est plus rapide sur Amazon.

Lire est une activité lente, non rentable, qui devrait échapper aux logiques de vitesse et de production actuelles. Les lecteurs doivent laisser une chance aux acteurs indépendants, qui représentent l’avenir de la littérature. »

Effectivement, lui et moi, on est vraiment pas fait pour se comprendre. Voilà les quelques raisons qui me font aller en libraire (en plus du côté pseduo-politico-consommateur-responsable) :

  • Je viens acheter un cadeau. C'est souvent. Et dans ce cas, j'en ai besoin pour aujourd'hui, demain, voir après-demain. Mais si je ne trouve pas ce que je veux, la réponse « dans une semaine » est une mauvaise réponse
  • Je viens flâner sans trop savoir ce que je cherche, car une librairie c'est tout de même plus convivial qu'un site Web. Là je me dis que les cafés-librairies ont vraiment tout compris. Dans ce cas, si je repars sans rien, je n'irais pas pour autant commander sur Internet, c'est juste que rien ne m'a inspiré. À noter que pour ça, je trouve les bibliothèques municipales avec souvent un bien meilleur accueil que de nombreuses librairies.
  • Je sais ce que je veux, et si je viens dans une librairie c'est bien que je le veux maintenant. Si je le voulais dans une semaine, je commanderais sur Internet, ce qui m'évite de me déplacer. C'est bien l'avantage d'une librairie physique : je perds du temps à me déplacer, mais je peux lire immédiatement ce que je suis venu chercher. La "commande" du libraire est plus lente qu'Internet, et en plus m'oblige à repasser. Mauvaise pioche.
  • Je viens chercher un truc vraiment spécifique. Mon exemple le plus récent c'était des livres sur la Suisse Saxonne, non-vendus sur Internet. Par contre, il y avait une liste de librairies qui étaient censés contenir le livre. La première me répond par « euh, je sais pas » Et va lancer une recherche sur Amazon... Merci de sa participation... (j'ai trouvé les livres dans la seconde librairie de ma liste. Le vendeur ne connaissait toujours pas, mais pendant qu'il farfouillait Internet j'ai trouvé sur l'étagère moi-même).

Je pense être un gros lecteur. Je n'oserais pas pour autant dire que lire est une « activité lente ». Je ne sais pas trop ce qu'il entend par là. « Non-rentable », euh, soit. Comme tous les loisirs, en fait (même si ce loisir lui fournit un travail, à vue de nez. C'est donc pas non-rentable pour tout le monde). Le clou c'est un peu « devrait échapper aux logiques de vitesse ». En gros, pour avoir le privilège de lire, il faudrait que j'aligne mon rythme de vie sur les libraires, et que je perde du temps à aller les voir plutôt qu'à lire ce que j'ai envie.

J'ai tendance à avoir un ordre de priorité pour mes achats de livres. Petite librairie de quartier, puis grande libraire locale (Rennes et Brest en ont une par exemple), puis chaînes (Virgin, Fnac), et enfin Internet. Je le fais un peu par habitude, et aussi dans l'ordre de ce que j'apprécie comme lieux. Mais j'adhère vraiment pas à l'idée que seuls les libraires sont qualifiés pour vendre des livres, et que l'acheteur devrait se sentir honteux quand il va voir ailleurs pour des raisons pratiques. Si la clientèle se détourne d'eux, ce n'est probablement pas seulement pour des raisons de vitesse (je l'ai dit, je pense au contraire que le fait de pouvoir fournir instantanément le livre est un énorme avantage), et ce n'est pas ce genre de discours moraux à deux euros qui les feront revenir.

lundi 20 juin 2011

Blague allemande

Je viens de faire les frais d'une nouvelle expérience allemande : la fourrière. Ma voiture était garée sur une place tout à fait légale, dans une rue qu'elle connaît bien (elle y passe 98% de son temps quand je suis à Dresde).

Sauf que, un chantier est arrivé. D'après les papiers que j'ai reçu de la fourrière, le chantier aurait été indiqué à partir du 27 mai, alors que j'y suis passé le 30 et qu'il n'y avait aucun panneau. Mais passons. Donc, ma voiture se fait emmener par la fourrière, sans que je ne sois au courant.

Pendant ce temps, je reste une dizaine de jours à l'hôpital, et ne m'aperçoit de la disparition que le 19 juin. Et récupère donc finalement ma voiture aujourd'hui. Ça fait 20 jours de fourrière. Soit, dans le détail, 129€ pour déplacement et 120€ pour hébergement du véhicule dans un garage. Tellement sympa. Je compte écrire une lettre de réclamation, sans grand espoir...

Ce qui est « amusant », c'est qu'en tant qu'étranger j'ai un régime spécial. Une amie à moi était garée exactement au même endroit et a eu le même problème. Sauf que comme la voiture est allemande, elle a été déplacée dans une autre rue avoisinante, sans fourrière, et elle n'a donc à payer que le déplacement. Pourquoi pas pour ma voiture, je n'en sais rien, mais c'est blasant.

jeudi 26 août 2010

De l'héritage dont on aimerait se passer

son insensibilité à l'Histoire, dont il est comme tous les Allemands un héritier, non pas un coupable mais un héritier

Alain Minc, sur France Inter.

Je me demande comment plus de 60 ans plus tard, en Union Européenne, de tels propos sont encore possibles. J'en reste sans voix.

mardi 13 juillet 2010

Comparaison France - Allemagne

Une comparaison entre la France et l'Allemagne revient très facilement dans les conversations et dans les médias. Et aussi dans la bouche de politiques français. Hier le président de la république a répété encore une fois un propos faux :

Le bouclier existe depuis plus de vingt ans en Allemagne. Je vais donc faire la même chose en France

La seule chose pouvant s'en approcher était un arrêt de la cour constitutionnelle de 1995 (donc déjà 15 ans, et pas 20...). Cet arrêt interdisait que l'impôt sur la fortune soit supérieur à 50% des revenus d'un citoyen. Cet impôt a été depuis supprimé, et cet arrêt ne sert donc plus à rien. En 2006, cette même cour a affirmé que l'impôt sur le revenu, lui, pouvait bien être supérieur à 50%, et qu'il n'existait pas de limite haute (il ne doit juste pas être « excessif »).

Cette comparaison France-Allemagne est donc complètement foireuse, et aurait plutôt tendance à argumenter en faveur de l'inverse du propos tenu par le président. Mais bon, c'est pas la première fois qu'il le dit, et malgré des articles de journaux contredisant ses propos, ça ne semble pas près de s'arrêter. C'est juste choquant qu'il ne soit pas contredit quand il sort des mensonges pareils à répétition (la première fois, on peut laisser le bénéfice du doute au journaliste de ne pas être informé sur le sujet, mais là...)

vendredi 4 juin 2010

De la météo...

Juste un chiffre : 99,4 heures. Le temps d'ensoleillement à Dresde au mois de mai de cette année. C'est moins de la moitié de la moyenne (224,7h en 2009 et 263,7h en 2008 par exemple). Il y eu 9 jours sans aucun soleil sur ce mois. C'est le record minimal du nombre d'heures depuis au moins 1976 (j'ai pas les données pour plus tôt...). Et une pluie six fois supérieure à ce que j'avais connu en mai 2008 en arrivant...

En résumé : un bon temps pourri, espérons que le mois de juin soit plus clément !

vendredi 1 janvier 2010

1262300400

Quarante ans et une heure après epoch, je vous souhaite une très bonne année ! Et au passage, une bonne décennie :)

Pour ma part je suis très content de mon année 2009, et j'espère que la 2010 sera toute aussi bonne. Surtout que c'est une année ou il va me falloir rencontrer quelques décisions avec une influence importante sur le futur ;)

jeudi 31 décembre 2009

Lecture plus ou moins récente

Depuis que je suis rentré en France, je me suis accordé beaucoup plus de temps pour lire, notamment en allant régulièrement à la bibliothèque de Rennes (gratuite pour un an pour les nouveaux résidents). Tous ne m'ont pas marqués, mais voici une petite sélection des livres que j'ai bien aimé lire.

Une certaine idée de l'Europe, de George Steiner.
Il m'était prêté par un ami et j'ai beaucoup aimé. Rapide à lire, intéressant tout du long, je le recommande chaudement.

Nmap Network Scanning de Gordon “Fyodor” Lyon.
Je l'avais acheté en version allemande juste avant de rentrer. Les parties inintéressantes sont rares (Zenmap...), et j'ai en particulier apprécié le chapitre sur la détection des systèmes d'exploitations. Plus qu'un manuel d'utilisateur d'un logiciel, il est rempli de détails techniques très intéressants sur les réseaux (en particulier TCP/IP), et sur les méthodes de scan. Et puis, c'est de l'OpenSource Press...

Der Vorleser de Bernhard Schlink (Le Liseur en français).
Très agréable à lire en langue originale, et ne demande pas un vocabulaire trop spécialisé (pas comme les premières pages de Das Parfum par exemple...). J'ai trouvé certaines parties un peu longue, mais l'ensemble reste très très bon (il paraît que c'est aussi un Bestseller et qu'il y a un film, j'en avais personnellement jamais entendu parler jusqu'à ce qu'on me le mette dans les mains).

Sécurité informatique : Principes et méthode de Laurent Bloch.
Sur les conseils de guiling j'avais tout d'abord emprunté le livre à la bibliothèque de Rennes. Il n'est pas trop technique, mais plutôt « politique », passant en revu de nombreux préjugés et listant les bonnes pratiques. Le genre de choses qui manquent parfois dans un enseignement supérieur. Je l'ai tellement apprécié que je l'ai acheté d'occasion sur Amazon (à un prix plus que raisonnable, j'ai eu un peu de chance).

Les virus : théorie, pratique et applications de Eric Filiol.
Celui là je l'ai emprunté un peu par hasard et sans grande conviction à la bibliothèque. Je ne l'ai pas encore complètement fini mais il est très intéressant. Je n'avais jamais fait de virologie, ce qui explique peut-être mon enthousiasme. Je trouve en tout cas qu'il y a matière à apprendre énormément. La partie théorique mathématique du début est un peu rebutante pour un esprit mal réveillé, mais utile pour la suite. Ce que j'ai apprécié dans ce livre c'est véritablement l'approche théorique, et les exemples détaillés (exemples écrits pour Linux, ça change).
Si j'étais riche, je me l'achèterais certainement. Mais pour l'instant, les éditions Springer, ça reste vraiment trop cher pour moi... Dommage, j'ai pas vu la suite à la bibliothèque...

J'ai aussi lu Histoires de Prévert, c'est le genre de choses très pratiques à lire dans le bus ou ce genre de choses ou l'on a peu de temps. J'ai préféré Paroles (lu l'an dernier), mais il y a tout de même du très bon dans ce recueil (faut dire que Paroles contient « Le cancre » et « Barbara », c'est un peu tricher...).

Les autres livres que j'ai lus durant cette période étaient souvent décevants, certains je n'ai même pas réussi à les terminer, ce qui est tout de même très rare. Des titres à oublier donc...

jeudi 3 décembre 2009

Du changement des mots de passe

Aujourd'hui, pour la première fois depuis que j'ai ce code, j'arrive à taper sans erreur et sans aller le vérifier mon code pour accéder à mes comptes en ligne. Une belle victoire. Sauf que le serveur, il a dû le sentir que j'avais réussi sans tricher...

Pour des raisons de sécurité, vous devez aujourd’hui procéder à une modification de votre code secret.
Vous allez être automatiquement dirigé vers l’espace de modification de votre code secret.
Disposant alors de votre nouveau code secret, vous pourrez utiliser BNPPARIBAS.NET en toute sécurité.

Moi aussi je suis content que les « mesures de sécurité » m'obligent à trouver un nouveau moyen de ne pas le perdre, de manière « sécurisé » .

lundi 31 août 2009

Élections régionales

Je lis régulièrement la presse française pour lire les articles qu'ils peuvent écrire sur l'Allemagne. On y trouve régulièrement des erreurs (un article du figaro qui confondait l'ancien maire et la nouvelle maire, élue depuis plus d'un an, il lui aurait suffit d'aller faire un tour sur Wikipédia vérifier son information au journaliste...), mais parfois des vraies perles. On peut lire aujourd'hui dans Le Monde (en parlant des élections de dimanche et de Die Linke) :

En Thuringe et en Saxe, deux Länder de l'ex-RDA, son parti s'est imposé comme deuxième force politique.

Une partie de l'information n'est pas fausse, Die Linke est bien la seconde force politique dans ces régions. Mais « s'imposer », c'est assez choquant. Ça semble neuf, comme la suite de l'article l'explique en Sarre. Pourtant, comme on peut le voir ici, le PDS, puis Die Linke, on fait jeu égal dès 1994 avec le SPD, et dès 1999 étaient bien devant le SPD, en Saxe. Même genre d'idée en Thüringe, le PDS est devant le SPD depuis 1999. Ça fait juste dix ans que Die Linke s'impose comme la seconde force politique dans ces régions...

mardi 28 juillet 2009

Adieux combinaisons !

C'est une jolie victoire pour énormément de monde, la FINA vient d'interdire les combinaisons pour les compétitions de natation. La fin d'années de polémiques, d'abord locales lors de l'apparition des premières puis à grande échelle depuis environ un an (qui n'a pas lu un article dans les journaux sur les combinaisons « aussi technologiques que des voitures de F1 » ?).

Il reste beaucoup d'interrogations, la date exacte d'interdiction notamment. Que va-t-on faire également de tous les records battus récemment ? Il est probable qu'ils deviennent indécrochables pour de nombreuses années à venir, restant encore plus longtemps que les records des allemands de l'Est dans les années 80.

Économiquement également la reconversion risque d'être dur, à tel point que la FINA semble prête à accorder un délais aux distributeurs, le temps qu'ils réapprennent à confectionner des maillots de bains...

APPLICATION – Considering the time needed for manufacturers to produce their swimsuits, the submission dates and the implementation of the rules are applicable from 2010 only in Swimming competitions.

Pour ma part, cette décision me réjouit énormément, les bords des piscines vont redevenir fréquentables, et l'on va pouvoir commencer à discuter des choses intéressantes qui constituent ce sport.

vendredi 3 juillet 2009

flo++ (bis)

C'est fou comment parfois une simple photo peut résumer bien des choses.

img_1460.jpg

Et en plus, j'ai eu des cadeaux !

img_1461.jpg

Un grand grand merci c'était beaucoup trop bien. :)

mardi 5 mai 2009

Ganz kaputt...

Le premier avril dernier, durant une promenade sur les bords de l'Elbe, je rencontrais avec violence un cycliste lancé à pleine vitesse, moi même n'étant pas lent non plus avec mon propre engin à deux roues motorisé par moteur musculaire. Si par chance aucun dégât physique majeur n'était à déplorer (et je continue de me juger vraiment très chanceux, nos deux têtes s'étant tapée, sauf que lui il avait un casque...), mon vélo ne s'en est jamais remis. Deux roues voilées et un pédalier tordu qui ne peut plus faire un tour complet, ça n'aide pas vraiment à rouler.

Par chance, une amie connaissait quelqu'un partant de Dresde prêt à me céder son vélo pour un simple billet de couleur principale rouge. J'ai sauté l'occasion, et j'en est pas été du tout déçu (il était presque mieux que mon vélo précédent...).

Sauf que, un abruti (pardon pour le gros mot) a attaché un jour son vélo avec le mien à la Mensa. Probablement pas de la malveillance, ça ressemblait plutôt à une étourderie. J'étais donc coincé, ayant le choix entre laisser mon vélo sur place ou attendre que la personne repasse détacher son vélo. J'ai choisi la première solution, ayant moult choses à faire ce jour là et étant attendu pour un rendez vous. Je n'ai ensuite pas eu le temps de tout le week-end d'aller le chercher, et tant pis pour moi, des rigolos ont trouvés drôles de voler la selle et les deux valves des roues.

Du coup je suis de nouveau piéton... Autant rachteter une selle pourquoi pas, autant trouver des valves sans la chambre à air ça ne semble pas très simple. Du coup le réparer risque de devenir plus cher que d'en acheter encore un nouveau...

Ça a été l'occasion pour moi de résoudre un grand mystère. À la louche, je me jugeais équidistant de trois arrêts de tramway (la loose, c'est souvent mieux d'en avoir un très proche que 5 pas loin...). J'ai vérifié sur Openstreetmap, et effectivement, la différence n'est pas énorme (c'est les jolies croix rouges...).

cercle_tram.jpg

La station gagnante reste dans les faits toujours Reichenbachstrasse, car la route est directe et ne demande quasi rien à traverser. Mais on peut qualifier la différence de minime...

Ajout : on me souffle dans l'oreillette que j'aurais oublié un arrêt, celui ci étant en fin de compte le plus proche de tous à vol d'oiseau...

cercle_tram2.jpg

mardi 7 avril 2009

Hadopi, ou encore un exemple d'urgence

Et oui, même en Allemagne, il serait dommage de ne pas parler de ce qui se passe en France, surtout que la France va bientôt être prise en exemple dans ce domaine. La commission mixte paritaire a fini de revenir sur les rares avancées introduites par l'assemblée nationale, je pense surtout pour être honnête au droit de ne pas payer la connexion internet quand on est coupé (car notre ministre est contre l'amende, mais faire payer un service qu'on ne peut plus utiliser semble moins la déranger...).

Ce qui me choque le plus d'un point de vue purement démocratique, c'est le pouvoir que cette commission paritaire a eu une fois de plus. Quand dans l'une des deux chambres des avancées sur les projets de lois déjà contestables du gouvernement sont approuvées, elles sont ensuite nettoyées par la commission mixte paritaire. Je pense notamment à la loi sur l'audiovisuelle, ou quelques bonnes idées du sénat ont été renvoyées dans le néant. Ceci n'est pourtant pas le fonctionnement « normal » de la démocratie française.

En toute théorie, un texte doit passer en première et seconde lecture dans les deux assemblées, puis à la rigueur en commission mixte paritaire sur convocation du gouvernement, puis un vote solennel ou en cas de différents persistants l'assemblée nationale a raison. Sauf que... Dans sa grande sagesse, la constitution française et les lois organiques associées permettent de faire voter « en urgence » (ou en accéléré, pour dire ça plus joliment) des textes, sur demande du gouvernement. Or aujourd'hui tout est urgence. Supprimer la publicité sur la télévision publique était une urgence. Voter une loi permettant de couper une famille d'Internet pour « non sécurisation de son accès » était une urgence (et puis tout le monde sait sécuriser son réseau, n'est-ce pas ?). Et ainsi de suite, la grande majorité des textes de lois actuellement examinés par les assemblées le sont en urgence.

Plus que tout le reste, plus que les énormités que notre ministre de la culture à pu dire pendant les débats, plus que le caractère liberticide et absurde de cette loi, qui ne permettra pas de trouver d'autres ressources pour financer les artistes, l'urgence permanente me choque. Quand l'exception devient la règle, les organes démocratiques ne peuvent plus fonctionner correctement, et il ne faut pas s'étonner d'avoir uniquement une poignée de députés présents pour voter une loi dont le résultat est de toute façon couru d'avance. Ce que j'espère, c'est que les nouveaux droits du parlement apportés par la réforme constitutionnelle (y'avais bien du positif dans tout ça...) amélioreront la situation. Notamment la modification de l'article 45 de la constitution, qui permettra aux assemblées de refuser la procédure d'urgence. Il faudra « juste » que les deux conférences des présidents des assemblées s'y opposent (et toutes les deux, sinon c'était trop simple). On peut toujours rêver...

mercredi 18 mars 2009

La loi des séries

Il existe quelques hasards/circonstances dont les explications sont parfois dures à trouver. Ainsi, j'ai énormément roulé durant 6 ans (2 ans en conduite accompagnée) sans jamais être contrôlé, et j'aurais pu durant tout ce temps être en parfaite illégalité sans choquer personne. Puis est venu le jour, ou sur l'autoroute entre Strasbourg et Paris, j'ai été arrêté trois fois en deux heures (dont deux fois par la douane certes mais quand même)...

Dans le même registre, j'ai circulé durant un an dans les transports de Dresde sans jamais être contrôlé. Aujourd'hui, deux trajets tout ce qu'il y a de plus banal, deux contrôles des titres de transport.

La vie est étrange parfois.

mercredi 17 décembre 2008

Votre profession

Plus que votre profession, je parlerais plutôt ici des études. Et de comment les gens réagissent quand vous annoncez ce que vous faites.

  • Si vous dites être physicien, on vous demandera pourquoi la téléportation n'est pas possible, pourquoi les trous noirs, et vous pourrez expliquer avec panache les mystères de l'univers. Par contre, le fonctionnement du micro-onde dans la cuisine, tout le monde s'en fou.
  • SI vous faites des études de télécommunications, on vous demandera pourquoi ça capte pas, pourquoi c'est si cher (spécial dédicace à l'étranger), est-ce que les antennes relais sont vraiment dangereuses, et vous aurez beau expliquer que vous n'avez pas toutes les réponses, vous serez catalogués dans les méchants qui mentent à l'humanité pour gagner plus d'argent.
  • Si vous êtes biologistes, ou tout autre branche approchant, on vous parlera de mal de dos, de grippes, on vous demandera si on va tous mourir à cause du H5-N1 (même si c'est plus trop de saison, mais j'avais plus d'autre exemple en tête).
  • Si vous êtes littéraire, on vous demandera de relire les différents rapports de tout un tas de scientifiques catastrophiques en grammaire. Et peut-être parler aussi un peu littérature, mais c'est pas gagné.
  • Si vous êtes chimistes, le coca avec le mentos, ça ne loupera pas.
  • Si vous étudiez l'économie, vous n'êtes pas trop dans l'air du temps.
  • Si vous êtes informaticien, on vous apportera un ordinateur et on vous dira « ça marche pas ». À vous de tenter de sauver le monde sur un truc dont vous n'y connaissez absolument rien (ou tenter d'expliquer pendant longtemps que vous avez beau étudier le Lisp, ça ne permet pas de réparer « insérez ici un logiciel connu ».
  • Si vous êtes mathématicien, vous aurez le droit à un regard admiratif, puis rapidement compatissant. Et c'est tout.

Parfois (pas souvent non plus), j'envie les physiciens. Et je regrette de ne plus pouvoir dire « bah en fait tu vois, moi je fais des maths ».

samedi 29 novembre 2008

LTris

score_tetris1.jpg

En abscisse : le nombre de douzaines d'heure depuis l'installation du paquet "LTris" ({INSTALLÉ} ltris - ven, nov 14 2008 02:16:34 +0100)

En ordonnée : le nombre de points du 1er/5e/10e dans les meilleurs scores

Analyse :

  • le score du 1er évolue par rupture, et de manière violente. Il n'a souvent aucun rapport avec le score du second (actuellement 480 073 pour 366586).
  • Plus la densité des scores augmente, plus la probabilité de rupture est grande
  • La courbe du 5ième ou du 10ième, c'est quasi du pareil au même. Dommage que ça n'aille pas plus loin, faudrait que je modifie un peu le programme pour augmenter la taille de la mémoire (avec la date, ce serait la classe, comme TetrisMax sous Mac quand j'étais jeune).
  • Le seuil à chaque 100 000 points est psychologiquement dur
  • Tetris, c'est addictif...

jeudi 20 novembre 2008

Panorama (3)

chambre_fini.jpg

Juste une petite photo pour dire : j'ai maintenant une lampe pour lire le soir sans devoir me lever du lit, des jolis rideaux, et un sol rangé (hum hum, c'est très récent, hélas).

Et au passage, j'ai foiré la jonction sur la fenêtre du milieu, mais bon, c'est pas très très grave non plus.

lundi 17 novembre 2008

Soirée mousse

Avant hier à Brest c'était la soirée mousse, l'une des soirées qui accueillent le plus de monde sur le beau campus de Brest. Apparemment pourtant le nombre de photos n'est pas très important, pour pallier à ce manque, en tant que grand reporter je vous propose une sélection de photos exclusive.

La soirée a relativement mollement commencé, le temps que le filtrage à l'entrée se fasse, et que les gens se motivent un peu. Mais dès que la mousse est arrivée, c'est tout de suite parti très vite avec des danseurs qui en devenaient rouges :

petiteimg_0420.jpg

Au plus fort de la soirée, on aurait vu certains danseurs complètement noyés sous la mousse, heureusement sans gravité.

petiteimg_0429.jpg

Petite photo d'un couche tôt qui n'ose pas rester trop longtemps :

petiteimg_0430.jpg

D'après certaines sources, il aurait déclaré en sortant « blupblup », mais rien n'est moins certain. Pour les plus courageux, la soirée a continué, et on aurait vu traditionnellement des nouveaux couples se former. Malgré sa drôle de couleur (trop d'alcool ?), un canard est devenu ami avec une brosse à dents (qui trompe du coup son précédent copain dentifrice).

petiteimg_0432.jpg

Bref de la très très grande soirée, et spéciale dédicace à guiling qui prend fortement part à l'organisation depuis trois ans (et aux porteurs de satelles anonymes, que l'on oublie souvent).

Vous pouvez retrouver l'album de la soirée sur les meilleurs sites (si vous voyez doubles, ne vérifiez pas le contenu de votre verre, c'est juste un abus de mousse).

- page 1 de 2