Allemagne › Carnet de voyage

Sur la route de Memphis

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi 22 juin 2012

L'effet sandale

Pour le coup, je crois que deux images parlent bien plus que de longs discours :

thumb-IMG_0147.JPG

thumb-IMG_0148.JPG

Je crois que j'avais jamais eu de marques de bronzage sur les pieds...

mardi 8 décembre 2009

Dans le froid du béton

Après un très bon week-end à Lille, je suis rentré par un TGV avec une correspondance à Massy. Je m'en voudrais de parler du retard d'une demi-heure que le train a eu. J'ai par contre été pas mal choqué par cette gare, qui est tout sauf accueillante. En résumé :

  • seulement deux commerces, un point Relay et une location de voiture (fermée, vu l'heure)
  • aucun endroit « chaud » ou s'arrêter. Tout est ouvert au grand vent, et les colonnes chauffantes étaient en panne ou éteinte (ces jolies colonnes rouges, ou l'on peut voir les gens s'agglutiner dans les gares françaises pendant l'hiver...)
  • Des quais glauques au possible. Énormes, mais vides, construits entièrement en béton
  • Rien dans les environs, aucun espoir d'aller prendre un café au chaud dans un commerce local.

Cette gare est certainement dans la même gamme que les gares récentes pour le TGV (même si Massy n'est clairement pas récente). Des gares loin des centres, ou l'on accède en voiture, sans vie. Je pense ainsi par exemple à la gare de Lorraine TGV ou la gare de TGV Haute-Picardie (je met un lien vers Wikipédia car le nom de « gare des betteraves » m'a beaucoup plu).

Ces gares ont probablement une utilité. Même si venir en voiture pour prendre le train, c'est un peu aberrant. Mais j'essairai de ne plus y avoir à faire de correspondances, ne faire que descendre et monter dans les trains, le plus rapidement possible. Rester une demi-heure dans le froid, dans un endroit vide et glauque, y'a mieux pour terminer un week-end. Le pire c'est d'avoir froid au main en lisant son livre, il faut vraiment que je pense à m'acheter des gants. Et j'ai eu une petite pensée pour les gens du train de Strasbourg qui attendaient, le train avait deux heures de retard.

petiteIMG_2230.JPG

Mon ami le pigeon, qui a trouvé un endroit au chaud ou il a le droit de se poser. Ce fut ma seule compagnie pendant 20 minutes. Il est resté tellement immobile que j'ignore s'il était bien vivant.

petiteIMG_2232.JPG Un grand quai, vide. Un bon couloir de vent, bien évidemment. Le bruit quand un train passe à côté, à pleine vitesse (et ils sont nombreux, c'est un grand point de passage), est assez sympathique.

Seule fantaisie dans ce monde totalement uniformisé, le nombre de carreaux de carrelage entre deux bandes noires n'est pas uniforme. S'il y a le plus souvent 10 carreaux, la bande ou se trouvait mon banc (pardon, pas vraiment un banc, un truc pour être assis/debout) en comportait 11. Action volontaire prédéterminée dans le cahier des charges, ou excentricité (voir erreur) lors de la réalisation ? Je n'ai pas fait le tour du quai pour regarder si en fin de compte, cette erreur était périodique.

mardi 10 novembre 2009

De retour d'Espagne

Ce week-end je me suis rendu en Espagne, à Santander pour être précis, afin de rendre visite à une amie rencontrée à Dresde. La ville de Santander n'est pas vraiment jolie, mais les environs sont vraiment magnifiques. Entre les montagnes et la mer, le coin a beaucoup de charme.

Malheureusement la météo n'était pas vraiment au rendez-vous avec quatre jours de tempête. Cela nous a tout de même permis de magnifiques moments. Un arc-en-ciel au dessus de la mer qui fonce vers nous, et la grêle qui arrive quand il passe au bas de la falaise c'est vraiment très sympa :) Le tout avec des changements de luminosité et des vagues énormes sur la mer. Je n'avais pas mon appareil photo sous la main mais ça restera pour moi l'une des images de ce week-end.

Autrement nous avons été visiter des petits villages des environs dont j'ai oublié le nom. C'est très sympa, avec des églises du XIIième siècle bien conservées. Et puis bien entendu, la mer, la forêt, les dunes, les vagues, les escargots.

petiteimg_2191.jpg

petiteimg_2185.jpg

petiteimg_2188.jpg

Pour oublier la pluie nous avons aussi été à Bilbao, pour visiter notamment le musée Guggenheim.

petiteimg_2207.jpg

J'ai beaucoup apprécié le centre-ville ancien de Bilbao. Les ruelles entièrement piétonnes sont très agréables, avec des petits commerces un peu partout et une ambiance sympathique à la tombée de la nuit. Ça doit être très sympa d'y vivre, même si les environs immédiats sont un peu moins jolis que ce que l'on a pu voir dans la région.

Je suis rentré super content de notre (trop...) court week-end. Ça fait un bien fou, et c'est toujours amusant de croiser par hasard des Erasmus allemands actuellement à Bordeaux, qui viennent de Dresde et rendent visite un autre ami. L'Europe, c'est tout petit parfois. J'espère pouvoir y retourner en dehors d'une période de tempête, plus proche de l'été ! Par contre, c'est parfois handicapant de ne pas parler un seul mot de la langue du pays...

Autrement ici c'est ce soir le début d'un grand week-end (le pont du 11 novembre nous est offert par l'école), avec à la fin les interclubs dimanche. Ça va être sympa de refaire les interclubs, après trois ans d'arrêt (même si les temps ne sont plus au rendez-vous, le plaisir de nager reste :) ). Et puis vu les nages ou je participe, ça ne sera pas trop fatigant...

vendredi 8 mai 2009

Petit tour dans le passé

Comme le temps passe vite, il faut parfois prendre le temps de faire une petite pause pour raconter ce qui s'est passé :)

J'en étais resté au début du mois d'avril et le retour du printemps. Nous avions profité de ce retour pour aller à Leipzig, la plus grand ville de Saxe quasi voisine de Dresde (la différence de population est négligeable, mais bon...). Leipzig est une ville complètement différente de Dresde, c'est relativement dépaysant. Déjà pas de fleuve au centre qui forge un peu la géométrie de la ville, mais plutôt des canaux ou il est possible de naviguer avec des petites embarcations. C'était ma seconde visite de Leipzig, j'y avais déjà été invité par une amie l'an dernier. J'aime toujours autant la ville, mon seul regret est la présence de trop nombreux bâtiments abandonnés qui sont magnifiques, alors que durant ce temps là on peut voir des chantiers pour des nouvelles constructions dont le goût est discutable... Pour des raisons économiques nous avons mangés le lundi à la Mensa locale, et ben c'était pas terrible.

D'un point de vue « visite culturelle » le musée de la Stasi est très intéressant. Il est gratuit et conservé comme à l'époque, des citoyens ayant fait le pied de grue durant des mois pour empêcher quiconque de faire le nettoyage. C'est l'un des rares centres de la Stasi ou tout a pu être conservé. Il est très pédagogique, avec des explications claires et de très nombreux documents d'époque. Malheureusement même en deux visites, il est impossible de tout lire. D'un point de vu global, quelques photos de l'an dernier sont depuis longtemps disponibles, mais j'en ai ajouté quelques unes.

Pour le passage au mois d'avril, les Erasmus-Initiative locaux organisaient une randonnée cycliste vers Meissen. Il suffit pour cela de longer le bord de l'Elbe, avec une jolie piste cyclable sur quasiment tout le long. Malheureusement plus un groupe est grand, plus la probabilité d'aller vite est faible (surtout quand l'itinéraire n'est pas forcément le plus court possible...). Nous sommes donc à peine arrivés aux portes de la ville qu'il fallait faire demi-tour. Pire, comme je l'ai déjà raconté, le retour s'est soldé pour moi par un accident de vélo, et un retour moitié à pied moitié en train. Pour des raisons administratives ma ré-inscription à la faculté n'était pas encore validée, je n'avais donc pas de transports gratuits, et il a donc fallu payer ma place et celle du vélo... Une bonne fin de voyage en somme... Mais bon le reste c'était super, et quelques photos bonus.

petiteimg_1104.jpg

petiteimg_1107.jpg

petiteimg_1108.jpg

Après ben c'était la rentrée, le retour d'une petite routine quotidienne, ponctuée de parfois quelques surprises comme la vue de Dresde depuis un toit. Et quelques (re-)découvertes à Dresde, Industriegelände de jour (c'est un quartier d'anciennes usines, réutilisées désormais pour faire des bars et des lieux de fêtes nocturnes en tout genre), des endroits de la Neustadt bien cachés, le retour du nounours qui fait des bulles, que du bonheur.

img_7768.jpg

petiteimg_1198.jpg

On arrive déjà le 18 avril, ou nous avons été à Görlitz. Görlitz est une ville Saxonne à la frontière avec la Pologne. Historiquement, Görlitz a toujours une ville unique, jusqu'en 1945 ou lors du découpage de l'Europe il a été décidé que la rivière passant au centre de la ville deviendrait la frontière. Il est impressionnant de voir les traces de cette unité, mais en même temps l'énorme décalage actuel des deux côtés de la rive. Lors de la réunification allemande, Görlitz a été l'une des villes à toucher le plus d'argent pour sa rénovation, et cela se voit (sans compter qu'elle n'a pas été détruite pendant la guerre, elle). Du coup, le centre historique fait face aux tours et immeubles communistes du côté polonais. Le tout est relié par une passerelle construite pour l'entrée de la Pologne dans l'espace Schengen. Dépaysement garanti en traversant simplement cette frontière qui n'existe plus. Autant d'un côté je me sens presque chez moi, autant de l'autre l'ambiance change complètement. C'est une ville qui rappelle un peu l'histoire moderne en somme, regarder la ville de haut par image satellite et rechercher à quoi elle ressemblait avec 1945 par rapport à maintenant est également très intéressant. Si vous passez par là, je vous la conseille :) Et j'ai pris plein de photos.

Au soir de la visite de Görlitz un ami de l'an dernier revenait pour 24h à Dresde, l'occasion de faire le point sur l'évolution de la ville, l'avancée des travaux, et de passer une très bonne journée, y compris en se promenant un poil en Suisse Saxonne avec ses paysages toujours autant magnifiques.

img_1248.jpg

img_1255.jpg

Et en parlant de Suisse Saxonne, on y retournait la semaine suivante pour un week-end organisé par les Erasmus-initiative (enfin, en plus, deux amis organisaient pour être précis...). On l'avait déjà fait avec Jean l'an dernier, mais les organisateurs étaient différents. Et clairement, c'était mieux maintenant. On a fait beaucoup plus de randonnées, beaucoup plus de points de vues à couper le souffle (avec parfois des belles émotions rien que pour monter sur les rochers), une ambiance bien plus sympathiques, en moyenne très réussi (va juste falloir se battre pour récupérer les photos...).

Le mois d'avril s'est ensuite terminé par le début du moi de mai (c'est plein de bon sens ce que j'écris non ?), avec la visite pendant ce long week-end européen d'amis rencontrés à Brest. On a visité de jours et de nuit la Neudstadt le vendredi, on est monté en haut du funiculaire avec une vue très sympathique sur Dresde le samedi, en continuant par la Altstadt et finissant la journée par un barbecue sur le bord de l'Elbe. Le dimanche il fallait bien que tout le monde rentre chez lui, j'ai profité de mon voyage à l'aéroport de Berlin pour aller un peu plus au nord et rester l'après midi à Berlin avec Isabelle et Harold. Malgré la fatigue, j'ai adoré voir des quartiers que je n'avais pas encore vu dans cette ville à dimension non-humaine. Merci à tous d'être venu :)

Et le lundi, ben j'ai dormi...

lundi 2 mars 2009

London

Pour la seconde fois de l'année, j'ai été faire un tour dans l'une des villes avec le plus de français au monde (paraît qu'ils sont quelques centaines de milliers, et clairement, sur place, ça s'entend assez facilement), gentiment hébergé par un ami. Fait notable, je n'ai vraiment connu aucun problème durant le voyage, rejoignant ma destination finale dans un temps tout à fait raisonnable (et de l'ordre de deux heures plus rapidement que la première fois...). J'y suis resté du jeudi soir très tard au dimanche après-midi.

Vendredi

Comme le vendredi c'est jour de travail, je me suis promené seul. Le soleil était au rendez vous (un temps presque d'été ! Surtout en partant de Dresde, ou la température était de 2 degrés...) j'ai pu dormir au soleil dans la pelouse du Saint Jame's Park. J'ai poursuivi la promenade à pied jusqu'au musée des sciences, en passant par Hyde Park et devant Buckimgham. Le musée des sciences est assez impressionnant et très complet. Il était trop grand pour être entièrement exploré en 2-3 heures, j'ai donc fait un peu le tri dans les expositions.

Parmi les endroits que j'ai préféré, je citerais sans hésiter l'histoire des mathématiques et des techniques de calculs. Il est très pédagogique, expliquant de nombreux concepts et leurs utilités, dont certains non triviaux. La vulgarisation des équations différentielles j'ai vraiment apprécié.

Explication des intégrales

Une explication des intégrales par le calcul de la surface sous la courbe

Surfaces d'équations Résultats d'équations sous la forme de surfaces.

En plus, ils ont des mécanos assez rigolos :

Mécano

Et d'autres vitrines assez sympas :

img_0913.jpg

La partie sur l'histoire des méthodes de calcul était également très intéressante. Depuis la décomposition des multiplications en séries d'additions simples, jusqu'aux super calculateurs, en passant par toute la série des machines à calculer. L'histoire est bien construite et très riche, on y parle également notamment de la difficulté d'obtenir des nombres aléatoires en informatique avec une ancienne énorme machine pour créer des nombres aléatoires. Du côté géométrie, ils ont de nombreux anciens outils de construction de formes géométriques et de dessins que je n'avais jamais vu auparavant.

Pas loin des mathématiques se trouvait le musée des télécommunications, ou j'ai été par contre assez déçu. Très peu d'objets (bon un gros commutateur téléphonique quand même...), et très peu d'explications de fonds. Hormis l'importance des télécommunications durant les guerres mondiales, c'est assez creux. Et encore on y parle même pas d'Enigma et de son craquage par les armées alliés. J'aurais mieux fait d'aller dans la partie maritime, ou je n'ai pas eu le temps d'aller plus tard. Cela ne gâche pas le reste que j'ai pu voir, comme l'histoire de la médecine, les objets technologiques dans nos vies selon les époques, les machines durant la révolution industrielle et enfin la conquête de l'espace. Le musée a lancé un Wiki sur les objets exposés, mais il est encore assez vide, Après une petite visite à la boutique, j'ai été rejoindre mon hôte et un autre ami qui arrivait de Paris.

Samedi

Le samedi la journée s'est surtout déroulée à Greenwich, pour changer de la ponctualité légendaire française (oui c'est nul comme blague).

img_0927.jpg

Outre la vue, le musée sur les recherches et l'invention d'un système portatif et fiable de la mesure du temps est intéressant. L'exposition des modèles est assez rigolote, ainsi que la démonstration des effets de la houle d'un navire sur une pendule traditionnelle à balancier (car si les anglais recherchaient à savoir l'heure, c'était bien pour pour calculer très facilement leur latitude lors de voyages maritimes, par le calcul du décalage entre l'heure solaire et l'heure indiquée par leur horloge).

En plus on y était à la bonne heure pour une démonstration du NTP de l'époque. À 13h chaque jour, après s'être lentement élevée, une boule rouge au sommet de la tour en haut de la colline chute pour indiquer au navire qu'il est exactement 13h, et ainsi pouvoir partir en mer en étant synchronisés. La chute en vidéo (860ko), attention c'est en ogg, lisible a priori avec tout bon vlc (vivement la balise <video> dans firefox).

L'après-midi nous avons visité le musée de la marine du même endroit, avec des parties plus ou moins intéressantes. Ça permet de réviser un peu son histoire, et de se souvenir du nombre de fois ou les anglais ont mis une raclée maritime à la France. Mais autrement, le contenu moyen n'était pas vraiment transcendant (à part l'exposition d'un super bolide maritime qui est assez impressionnant, et à la rigueur les vêtements de l'amiral Nelson qu'il est marrant de se dire qu'ils ont été conservés aussi longtemps, le contenu ne sortait pas vraiment du lot) (et on a toujours pas compris comment la balle qui a tuée Nelson en rentrant par l'épaule a pu lui perforer le poumon).

Les voyages aller et retour ont permis de passer dans le quartier des grandes tours des banques, avec des jolis canaux artificiels, clairement c'est assez classe. J'aimerais pas forcément y travailler ni voir le monde qui peut s'y affairer en journée, mais le week-end c'est rigolo à voir.

Dimanche

La journée du dimanche a été assez courte, c'est le jour ou l'on est parti le plus tard et je devais partir pour 16h afin d'avoir mon avion. On a tout de même pu voir une exposition sur un concours pour dessiner le futur bus de Londres avec quelques modèles assez sympathiques. Un amuseur public dans la rue nous a aussi fait passer un bon moment. Et une énorme pause en mangeant dans un bon restaurant, ce n'est pas désagréable non plus.

Le retour m'a semblé bien plus long que l'aller (la fatigue probablement). Notamment dans le train entre Londres et l'aéroport, je me suis endormi et réveiller en sursaut à plusieurs reprises, ce n'est pas très agréable. Grosse frayeur également à l'aéroport, ou mon avion est parti en retard, et je n'avais pas de marge à Berlin pour mon co-voiturage jusqu'à Dresde. Heureusement nous avons rattrapés en vol une bonne partie du retard, et la méthode de placement d'easyjet permet de pouvoir sortir rapidement si on le souhaite (suffit de marcher plus vite que tout le monde entre la salle d'attente et la porte d'embarquement lorsque la porte est annoncée, et hop on est dans les premiers à monter et donc à choisir sa place (si on exclut ceux qui paient plus cher pour monter en premiers bien évidemment, mais ils sont peu nombreux). Du coup j'étais pas loin de la porte pour sortir :)

D'ailleurs le co-voiturage est une expérience à renouveler de toute urgence. Je n'avais jamais vraiment regardé, mais l'aéroport Schönefeld de Berlin est au Sud de la ville, comme Dresde ! Du coup la sortie de l'aéroport mène directement vers l'autoroute en direction de Dresde, à 160km seulement. Autant dire que c'est très rapide, en une heure et quart on peut faire le voyage entre le parking de l'aéroport et la porte de ma maison, le tout pour un prix défiant toute concurrence. En plus les allemands sont très organisés avec un site très bien fait que tout le monde utilise. Il serait dommage de s'en priver.

En conclusion, un très bon week-end à voyager et revoir deux amis, et sans soucis de transports. C'est vraiment très cool :) J'ai même réussi à penser la tête dans le bon sens pour vérifier la présence de voitures sur la route pour traverser, c'est dire.

lundi 2 février 2009

Norwegen

La neige étant presque complètement fondue à Dresde, j'ai profité de ce week-end pour aller en chercher en dehors de l'allemagne. J'aurais pu aller à Brest : s7301447.jpg

Mais la probabilité d'avoir de la neige était pas très élevée (et merci geekou pour la photo), j'ai donc choisi une valeur sûre en me rendant à Oslo. Le voyage, et c'est à noter, s'est déroulé sans accroc. Hormis un petit doute devant les distributeurs de billets pour le S-Bahn à Berlin qui ne prend pas de billets d'une valeur supérieure à 10€, et les télévisions annonçant les portes de décollage en pannes à l'aéroport qui ont provoquées quelques retards, aucun soucis (et un bug subtil, genre pas un écran bleu, mais juste des informations erronées/non complètes). J'en profite pour remercier les compagnies aériennes à bas coût, qui permettent de voyager pour des prix abordables (j'ai plus payé en train et correspondances qu'en avion, et pourtant je paie le train 50% moins cher en Allemagne...).

Enfin toujours est-il que je suis arrivé le vendredi vers 15h, et que pour la neige et le froid je n'ai pas été déçu. Au niveau de l'ambiance générale, j'ai été impressionné du respect que les voitures ont envers les piétons, elles s'arrêtent pour laisser passer en ville comme en pleine campagne. Et également par leur nombre de distributeurs de billets, on peut en trouver un toutes les 30 secondes. Mais ce n'était pas le plus intéressant de la visite.

Mon hôte m'a accueilli avec un bon nombre de produits locaux. C'était très loin d'être désagréable, pour avoir l'énergie nécessaire pour partir à l'assaut de la ville la nuit. Il m'avait prévenu, mais effectivement la moyenne d'âge dans les bars est assez impressionnante. On se sent jeune devant toutes ces personnes de 30/40/50 ans. Et les videurs à l'entrée, ben ça fait peur.

Cependant cette première journée était surtout l'occasion de beaucoup discuter, et de faire les premières découvertes de la ville. Mais la fatigue du voyage a vite rattrapée, donc peu de choses à raconter.

Le lendemain a été bien plus actif, avec la visite de la ville. D'abord petit tour par le port, pour revoir un peu la mer (c'est plutôt sympa après autant de temps à Dresde).

IMG_0744.JPG

Juste à côté du port se trouve une petite forteresse, qui est encore utilisée comme base militaire, avec des jolis gardes qui font certainement autant leurs rondes pour les touristes que pour être utiles. On y trouve des canons de toutes les époques, en terminant par des chars relativement modernes. C'est assez surprenant la facilité que l'on peut avoir à visiter tout ça, à comparer avec la carte d'identité obligatoire pour entrer dans une piscine sur une base militaire française...

IMG_0738.JPG

IMG_0746.JPG

IMG_0754.JPG

Une petite image bonus d'un garde qui patrouille (si si, le gant blanc qui dépasse de l'arbre est un garde en plein déplacement) :

IMG_0749.JPG

La suite de la visite vers le palais royal :

IMG_0764.JPG

Il est situé sur une colline, et permet ainsi d'avoir un petit point de vue sur les environs. Mais bon, soyons honnêtes, Oslo n'est pas une ville si jolie que ça. Certains bâtiments sont sympathiques, mais en moyenne l'architecture n'est pas exceptionnelle. La faim et le froid nous travaillant, nous avons été nous ressourcer en énergie dans une des rares entreprises qui affiche un bénéfice en augmentation de 80% en 2008, malgré la crise (pardon famille tout ça). D'ailleurs les steaks hachés y sont scandaleusement maigres là bas...

Après cette petite pause bien méritée, une petite visite aux canards du parc s'imposait. Ce parc est très particulier, mais en hiver il est vraiment sympathique je trouve.

IMG_0769.JPG

IMG_0775.JPG

IMG_0780.JPG

Et pour quand il fait chaud (même si la notion de « chaud » doit-être tout à fait relative) on peut y trouver une piscine de 50 mètres découverte, avec des toboggans et une fosse à plongeon. Ça doit multiplier encore le facteur sympathique de l'endroit. Par contre, parfois, la neige s'accumule un peu, et les escaliers sont plus que dangereux (des marches pleines de glace, il ne faut surtout pas s'arrêter pour prendre une photo on va dire :) )

IMG_0790.JPG

IMG_0793.JPG

IMGA0796.JPG

Je suis loin d'avoir tout vu de ce parc, mais il était en tout cas très agréable de se promener à l'intérieur. Je pense que nous y sommes restés bien plus d'une heure, et pourtant il y a certainement encore moult choses à découvrir. Mais la nuit approchait, et le froid finissait par se rappeler à mes orteils. Nous sommes donc partis au chaud dans un bus, afin d'aller sur une presque île d'Oslo (que l'on me pardonne, je ne connais pas son nom). Toujours est-il qu'on peut y trouver la ferme royale, mais aussi et plus intéressant une tonne de musée, et encore plus intéressant des plages avec de très beaux points de vue sur la rade (je les mettrai un jour sur la galerie photo, mais j'ai pas encore vraiment trié toute cette partie là). Voir de la mer gelée, même à petite dose, c'est tout de même assez impressionnant. Le manque de marée dans la baie est également surprenant, c'est à peine si les gens semblent s'en soucier tellement les mouvements sont faibles. C'est presque un lac salé...

Nous rentrons à la tombée de la nuit, en passant visiter auparavant une petite boutique vendant des produits comme des huîtres française, des boîtes ou il est écrit « Cuisses de canards », mais néanmoins pour y acheter du saumon cette fois. Après le goûter, C'est l'occasion de se renseigner un peu sur l'histoire du pays, qui n'est pas vraiment à l'honneur dans nos livres scolaires. Nous ressortons après un repas à caler un ogre, et je peux résumer cette soirée par le plus beau Bloody Mary que je n'ai jamais bu. Il est seulement deuxième au niveau goût dans tous ceux que j'ai pu goûter, mais il reste vraiment excellent, et puis, quel style ! La photo ne lui rend pas complètement justice, on voit mal le zeste de citron enroulé à l'intérieur du verre. Bref que du bonheur, il faut juste du coup ne pas être pressé d'être servi.

IMG_0844.JPG

Par contre il n'a pas l'air envisageable de rester très tard, la moyenne d'âge augmente vite, les videurs arrivent entre 22h et 23h, et comme la vente d'alcool est interdite au moins de 23 ans dans les supermarchés, je vous laisse imaginer la suite. Il est probablement imaginable de trouver un endroit ou entrer, mais plutôt que de tourner dans le froid nous préférons aller profiter d'un sommeil bien mérité.

La suite le dimanche, avec « la » journée de l'immersion culturelle. Nous commençons par la visite du musée Munch, Les contrôles de sécurité y sont dignes d'un aéroport, mais c'est assez joli, et gratuit pendant l'hiver (à notre grande surprise). Il se visite en un peu plus d'une heure, et valait vraiment le détour. Après un petit café, nous partons à la recherche de nourriture. Pour changer de la veille, nous trouvons un petit restaurant français, très très agréable, avec une ambiance qui rappelle vraiment la maison. Et leurs pâtisseries, même un peu secoués, restent très bonnes (un petit article bonus). Et pourtant, les prix restent complètement abordables, bref que du bonheur.

Nous continuons la journée par une sortie luge, accompagnés de personnes germanophones. Partir à Oslo pour faire de la luge avec des Allemandes, quoi de plus normal ? Malgré quelques petits soucis d'organisations, c'était très sympathique. La piste de luge est longue de quelques kilomètres, et ensuite le RER local remonte en haut (5-6 stations à parcourir, si ça peut vous donner une idée de la distance parcourue). Comme nous avions eu un peu de retard à la suite de la découverte du restaurant français (on pensait au début manger un sandwich), nous n'avons eu le temps de faire que deux descentes. Mais les paysages (dommage pas de soleil) sont magnifiques, et faire de la vraie luge sur une piste réservée à ça, c'est vraiment très amusant.

IMG_0863.JPG

Comme suite à ça, nous n'avions pas assez froid de s'être roulés dans la neige, nous rentrons sur une bonne partie du chemin à pied, par la route avec une vue magnifique sur la ville d'Oslo. Mais par contre, pour les photos de nuit, je ne suis pas encore vraiment au point.

IMG_0871.JPG

Nous dégelons au sens propre dans le train, puis rentrons pour changer quelque peu les affaires. Comme bien entendu je voyageais sans valise, on a fait avec les moyens du bord.

Le week-end se termine, et le réveil est assez dur le lundi matin. Mais aucun soucis de voyage au retour non plus (même l'IC entre Dresde et Berlin était à l'heure !), et 9h après le réveil j'arrive à Dresde, ou la neige a finie de fondre durant mon absence. La bonne nouvelle, c'est que les gens parlent de nouveau une langue compréhensible, ce qui n'est pas désagréable (même si soyons honnêtes, je n'ai pas souvent eu besoin de parler, du pur tourisme de visite, mais peut-on vraiment faire plus en un week-end ?).

lundi 15 décembre 2008

SNCF - DB

Ce billet pourrait affoler quelques trollomètres, mais voici une petite histoire de quelqu'un qui voulait rentrer chez lui. Heureux possesseur d'une carte 12-25 (plus pour longtemps), ce petit bonhomme pensait acheter ses billets de trains par la SNCF. Il va donc, tel un grand courageux, taper les différentes informations sur voyages-sncf. Seconde page, il rajoute les précisions sur les cartes de réductions, sur tout ça. En bas, une petite question, « pays de retrait des billes ». Ahah, ça semble super bien ! Surtout, la liste est longue. Donc zoup, je choisis « Allemagne », j'ai confiance.

Je me retrouve donc à l'insu de mon plein gré redirigé vers le site tgv-europe, le site passe en langue allemande, youhou. Je garde confiance, et valide ma recherche. Ça charge, ça cherche, et, ben ça boucle. Je retourne à la case départ, sans aucun message d'erreur. Arf arf comme dirait l'autre. Je vérifie, je recommence, rien de mieux. Soit. Mais aucun message d'erreur, c'est bluffant quand même.

Je retourne quand même sur le site de la SNCF, et cette fois je me laisse pas avoir, je demande à retirer mes billets en France. Bien évidemment, il faut de nouveau rentrer toutes les informations, C'est bien, je finis par tout connaître par cœur. Cette fois, enfin un message d'erreur, « Aucun train ne correspond à vos souhaits de voyage. Merci de modifier votre recherche. ». Ah. Soit. Et on ne me dira surtout pas quand il est disponible. Je modifie donc ma recherche, en variant les jours, les heures, avec motivation. Mais non, rien de rien, nichts, que dale, des clous.

Vraiment énervé, je finis par craquer et je vais sur le site de la DB. Là, oh miracle ! Le site est bien plus clair, sans publicité, En quelques clics, j'ai mes horaires de trains. Mieux, il m'affiche tout les horaires et prix sur plusieurs jours. Sur la même page, tout les arrêts et les horaires sur le trajet, wahou, vraiment la classe. Il trouve sans broncher des solutions à plus de 5 correspondances, quand voyages-sncf ne semble pas à dépasser les deux. Ah, et il prend même une option pour savoir si je veux pouvoir prendre un vélo ou pas !

J'ai donc maintenant une DB Card 50%. Paraît même que ça permet des réductions sur les trajets à l'étranger. Ça tombe bien, le site allemand est très très fort pour trouver des horaires en France. Tentez donc un Limoges-Marseille sur le site de la db version Française, puis sur voyages-sncf. Ou d'autres joyeusetés.Ils ne sont malheureusement pas commandables (encore ?) sur internet, mais un petit tour à la gare et ça va bien mieux (j'ai déjà raconté ma dernière expérience de guichets à Gare du Nord pour avoir des billets ? Épique, 1h et 4 employés, pour ne pas me vendre des billets dont ils ont pourtant les horaires, c'est rigolo. Cette fois là je m'en suis sorti en achetant les billets sur internet, allez comprendre...).

Et si quelqu'un peut m'expliquer pourquoi la ligne Francfort-Dresde a disparue pour la SNCF, je suis preneur...

vendredi 3 octobre 2008

Wohnung

Et voilà, nouveau mois, nouvelle année, fête nationale allemande, bref tout ça pour dire que :

  • Je reste à Dresde pour encore un an (il ne semble pas l'avoir écrit explicitement ici encore)
  • Sur ces 12 mois, j'en passerai environ 6 à la faculté de Dresde, et 6 en stage
  • La réinscription à la faculté est bien plus simple qu'une inscription normale

Le seul soucis de choisir de rester a été la recherche du logement. Je m'y suis pris tard, et avait décidé de quitter les logements étudiants fournis par le CROUS local (Studentenwerk ici). L'objectif était de trouver une collocation, qui permet d'avoir des prix bien plus intéressants et de meilleurs conditions de vie. La recherche n'a pas été simple (beaucoup de désillusions), mais je ne saurais dire pourquoi (manque de chance ? Pas assez de coup de téléphone ? La barrière de la langue lors des entretiens de type "auberge espagnole" ? Sûrement un peu de tout ça, couplé au manque d'habitudes dans ce genre de recherches (j'étais aussi certainement exigeant en cherchant une collocation avec au moins 3 personnes, pas trop loin de l'université (donc pas dans la Neudstadt par exemple), et quelques autres trucs du genre)). Reste que j'ai fini par trouver, et j'ai emménagé hier dans une collocation au croisement entre la Reichenbachstraße et la Gutzkowstraße (numéro 52 pour être précis, dans la première des deux).

Je vis désormais dans une collocation de 4 personnes (ils ont en moyenne 5 ans de plus que moi et travaillent, mais sont très sympa et plus ouvert que pas mal de collocations que j'ai visité). Ma chambre est deux fois plus grande qu'auparavant (environ 4m * 5m * 2,70 mètre de plafond, pour 22m²), la salle de bain contient une baignore et une douche, il y a une machine à laver, un lave vaisselle, une salle télé, usw, et avis aux amateurs un matelas pour les invités (et l'internet illimité). Bref je me plains pas, le tout compris pour 270€ environ (contre un peu plus de 200 auparavant, auquel il fallait rajouter le prix de la laverie ;) ). Et quelque chose qui n'a pas de prix : les collocs parlent vraiment, de tout, de rien, et ça fait fortement plaisir de rentrer à la maison et de parler à des gens (et encore, mon ancienne collocation était loin d'être la pire, mais ça restait plus froid qu'ici) (ma chambre est cependant légèrement plus cher au mètre carré que ceux que l'on peut trouver ailleurs, je pense que c'est dû au fait qu'au total l'appartement est très grand, les parties communes sont assez conséquentes).

Enfin voilà, y'aura des photos dès que je trouverais quelqu'un d'assez sympathique pour m'en prêter un.

J'en profite pour remercier toutes les nombreuses personnes qui m'ont logées ce dernier mois (j'ai dormi dans au moins 7 lieux différents :) ), elles sont, encore plus que tout le monde, les bienvenues dans mon nouveau chez moi pour revenir à/visiter Dresde.

À bientôt pour de nouvelles aventures, l'emploi du temps est en cours de préparation :)

samedi 27 septembre 2008

J'ai compris !

Définitions :
  • Pas compris : vous êtes obligés de demander à votre interlocuteur de répéter entièrement. Attention, après quelques demandes votre interlocuteur parlera anglais (vous avez globalement le droit à "1d6 + bonus de votre sourire + nombre de semestre passé à l'étranger de votre interlocuteur" échecs).
  • Compris de travers : soit vous pensez avoir compris alors que pas du tout, soit vous savez qu'il vous manque une information et vous êtes capables d'identifier ce manque pour demander des précisions (découper ces deux parties rendait moins beau le diagramme, même si les situations sont fortement différentes).
  • Compréhension correcte : vous avez compris le sens de la phrase, quelques nuances peuvent encore vous échapper mais rien de grave.
Désolé pour les quelques ruptures de pente, la modélisation n'est pas encore parfaite (pas assez de points d'échantillonnages).

mercredi 24 septembre 2008

De retour

Si vous pouvez lire ce billet, c'est que je suis bien arrivé depuis hier dans un pays ou la guinness de 40cl n'est que à 2€80. Ce qui est plutôt agréable par rapport aux tarifs observés récemment à Paris.

À présent objectif numéro un, trouver un logement le plus vite possible. À bientôt pour de nouvelles aventures !

mardi 9 septembre 2008

Unterwegs

Suite des vacances, on peut toujours en profiter pour retourner dans son pays natal. Cela permet de retrouver les aires d'autoroutes sympathiques, discuter recettes de cuisine avec des guides touristiques (bon je vais pas me plaindre je m'étais jamais fait arrêté en voiture de ma vie, juste là trois fois en un jour c'est un peu beaucoup), et tout ça en chauffant plus la carte bleue en un jour qu'en trois mois (en quantité d'utilisation, pas en volume dépensé). Et en plus, il y a du cappucino noisettes de ce côté ci de la frontière dans les stations services.

Mais cela permet aussi de faire des économies sur l'essence (mine de rien 10 centimes au litre ça fait des économies), et j'ai eu la chance de pouvoir visiter (brièvement certes) Strasbourg. Notamment sa jolie cathédrale, et comme la météo était parfaite, elle donne une vue superbe sur la grande majorité de la ville. J'ai globalement bien apprécié la ville, avec un centre très sympathique. La circulation y est pas contre difficilement compréhensible pour un néophyte. On sent les efforts qui sont faits pour améliorer la vie des vélos, mais on est encore loin du standard des villes allemandes (au moins celles de l'Est, je peux difficilement parler de celles de l'Ouest).

La suite des aventures dans le reste de l'Europe bientôt peut-être, j'en ai profité pour acheter une superbe carte routière pour éviter de me perdre un peu trop partout :) (enfin surtout pour éviter de se guider que grâce aux panneaux routiers, qui sont notoirement insuffisants dans certains Länder).

lundi 2 juin 2008

2 Mai

Suite du récit du week-end de 4 jours, il y a déjà un mois. Cette journée n'a pas très bien commencé, et n'a guère été joyeuse durant sa globalité. Nous commençons par un petit déjeuner (inclus dans le prix de l'auberge de jeunesse), et on en profite pour faire quelques sandwichs (oui c'est pas bien, c'est interdit tout ça, mais on ne savait pas trop quand on pourrait trouver à manger autrement). Ensuite nous devons malheureusement quitter l'auberge de jeunesse, qui est cette fois-ci vraiment pleine, ils attendent un grand groupe pour le soir.

Lire la suite...

mercredi 14 mai 2008

1er Mai : Vatertag, Arbeitstag, Männertag... (ou la journée des clichés)

Récit du premier jour du long week-end, il y a maintenant deux semaines (c'est fou comme le temps passe vite). Notre objectif en quatre jours étais de visiter les villes de Weimar, Erfurt et Iéna, toutes trois dans le land voisin de Thuringe. Nous (moi et trois autres français et française) partons donc tôt le matin (enfin, vers 9h quoi) depuis la Hauptbahnhof (gare principale) de Dresde, qui a le bon goût d'être à trois minutes à pied de chez moi.

Lire la suite...

lundi 28 avril 2008

Moritzburg

Le soleil est revenu, en force et pour quelque temps apparemment. Ça fait un bien fou, avec au passage malheureusement quelques coups de soleil. Après une semaine encore une fois chargée, nous avons été dimanche au château de Moritzburg.

Lire la suite...

Fabrique de porcelaine de Meissen

La semaine dernière nous avions donc profité des portes ouvertes de la fabrique de porcelaine de Meissen pour aller nous promener. Nous partons vers 11h, le chemin n'est pas trop compliqué car desservi directement par le S-bahn (équivalent du Rer allemand). Arrivé sur place nous avons la mauvaise surprise de voir que les portes ouvertes sont payantes, mais soit. De toutes façon il pleut, vivement que l'on rentre. Nous y gagnons un super morceau de porcelaine souvenir, c'est toujours ça :)

La fabrique est vraiment immense, mais en fait visiter pourrait se faire rapidement. Nous commençons par admirer un potier, qui fait encore vraiment des choses superbes à la main. C'est amusant de le voir faire, même si ça ressemble un peu à du voyeurisme de Zoo. Mais bon... C'est le principe d'une porte ouverte, certainement. Ce qui est vraiment très fort c'est qu'ils font encore vraiment tout à la main, même pour tourner leur table de poterie ils utilisent leurs pieds . C'est certainement plus flexible qu'une pédale électrique mais c'est surprenant.

La suite de la visite nous emmène dans des lieux de productions un peu plus de masse. Ils ont des moules, font cuire à la chaîne, et ensuite peignent/améliorent ce qu'ils obtiennent. Ça reste cependant très artisanal, notamment pour la suite du démoulage et des décors. On peut le voir ici, elle réalise toujours la même pièce : .

Et comme Jean fait les choses bien au niveau des photos, tout cela vient d'ici :

Cependant la visite de cet atelier est assez rapide. Nous arrivons au point le plus long et le plus répétitif, les ateliers de peintures. C'est intéressant au début, très lassant à force. Ils font de tout les types de peintures, et chaque artiste a sa spécialité. Mais bon, cela reste un peu toujours pareil. Ils ne peignent certes pas la même chose, mais bon... Selon leur expérience, leur talent peut-être je sais pas trop, ils font différents objets. L'odeur de peinture est souvent difficilement supportable, je ne sais pas comment ils font toute l'année comme ça.

La suite je vais la résumer rapidement. Nous avons la chance de pouvoir visiter le coin un peu plus industriel, ils ont automatisés la peinture et quelques objets de base. Ils n'ont pas automatisé par contre la signature "Meissen" de la porcelaine. On peut ainsi voir la peintre qui du soir au matin reproduis le symbole sur toutes les assiettes qu'elle croise (enfin, qu'elle vérifie aussi avant, elle est le dernier maillon de la chaîne de qualité).

Nous commençons un peu à fatiguer. Nous retrouvons tout le monde qui s'était un peu séparé durant la visite puis nous rentrons à Dresde. J'ai oublié de vous parler des prix présentés, le travail manuel ça se paie. Comptez 150€ pour une petite tasse. Alors pour une figurine peinte...

samedi 19 avril 2008

Quelques brêves

Le manque de temps commence à se faire fortement sentir, j'ai rarement le temps de m'arrêter et de me reposer un peu. Petit retour sur la semaine qui vient de se dérouler, en attendant plus d'informations qui devraient arriver rapidement.

Lire la suite...

samedi 22 mars 2008

Autobahn

Comme promis, petit retour sur les expériences de l'autoroute allemande.

Lire la suite...

mercredi 19 mars 2008

Ausfahrt

(jeudi 6 mars) 900km en voiture, ça use ça use, et pas que les pneus. Nous avons tout de même traversés 4 pays (dans l'ordre France/Belgique/Luxembourg/Allemagne), effectués 6 ou 7 pauses je sais plus trop, et changés un nombre relativement élevé de fois de radios (selon les lands c'est clairement pas facile de retrouver un truc correct). Petit récit rapide de voyage, sans la revue détaillée de mon point de vue sur les autoroutes allemandes que je ferais bientôt.

Lire la suite...